La danse de la grande aigrette

 

C’est un grand plaisir de pouvoir observer  « la danse de l’Aigrette ». L’oiseau vole sur place à faible distance de la surface, ou fait des bonds d’un ou deux mètres en battant des ailes, afin d’effrayer les proies cachées dans les herbes aquatiques au fond de l’étang. Si les poissons ont le malheur de fuir, ils sont souvent repérés et capturés. Lors de ces petits vols et bonds successifs, l’oiseau adopte des postures très gracieuses et photogéniques, qui rappellent les attitudes des danseuses classiques. Il y a vraiment beaucoup de grâce et d’élégance dans ces mouvements ! Dans ces scènes d’action difficiles à anticiper, il n’est pas toujours simple de cadrer l’aigrette sans lui couper une patte ou une aile, ni de maintenir le collimateur actif sur l’œil de l’oiseau, mais quand on y parvient, les images réalisées sont souvent très esthétiques. Petit à petit, on apprend également à identifier l’accélération initiale qui précède l’envol et à déclencher la rafale ni trop tôt, ni trop tard, pour ne pas se retrouver avec l’appareil bloqué, buffer plein, au moment le plus intéressant. Sans parler de toutes les fois où l’oiseau se tourne et ne montre que son dos ! Mais si la séance de voltige se conclut par la capture d’un poisson, on peut réussir un cliché avec l’aigrette ailes déployées et poisson au bec !

 

Beaucoup d’autres images ici : http://www.stephane-bouilland.com/Photos/index.php?/category/634