Monsieur Traquet Motteux est arrivé…

Traquet_Motteux_01_04_2013_001-border

Chez les oiseaux migrateurs, il n’est pas rare que le mâle arrive en premier afin de repérer où construire le nid, et éventuellement de conquérir et défendre le territoire. C’était le cas le week-end dernier au hâble d’Ault, où l’on pouvait observer facilement des traquets motteux mâles mais pas de femelles. Ces messieurs au beau plumage étaient occupés à explorer les prairies graveleuses et les terriers de lapins, afin de trouver le lieu propice pour la nidification et de préparer la maison pour l’arrivée de ces dames.

Traquet_Motteux_01_04_2013_002-border

Migrations par ci, migrations par là…

Oies_cendrees_04-03-2013_005-border

Ces dernières semaines ont été marquées par les migrations des oiseaux dans notre région, et même si elles ont été un peu perturbées par la neige (quelques rétro-migrations ont été observées), elles se poursuivent encore. On a même eu droit à des passages de grues cendrées, ce qui est plutôt rare chez nous. Voici quelques-unes de mes observations, en image…

Les images ont été réalisées en Baie de Somme et au Hâble d’Ault et illustrent les passages de canards pilet, d’oies cendrées, de spatules blanches, de tadornes de belon, ainsi que quelques mouvements d’huitriers-pies et de gravelots…

Etourneaux…

Quelques photos d’étourneau, cet oiseau si commun mais si joli… Ici dans les pâquerettes et les lotiers au Hâble d’Ault.

 

Eclaircie au Hâble d’Ault

Souvenir d’une semaine à la météo bien capricieuse, cette éclaircie est venue illuminer le hâble d’Ault et les falaises picardes durant quelques minutes la semaine dernière. Ambiance féérique en cette fin d’après-midi sur le cordon de galets…

Rencontre avec le grand Gravelot

Ce grand gravelot est venu faire son nid à 2 ou 3 mètres de mon affût habituel, en bordure de la réserve du hâble d’Ault… J’avoue que je n’y avais pas pensé tout de suite en le voyant tourner autour de moi et se rapprocher peu à peu et ce n’est qu’en le voyant s’installer pour couver que j’ai compris… Il faut dire qu’avec 130 nicheurs environ recensés en france, la probabilité qu’il vienne s’installer devant moi était assez faible… Le nid est en fait une simple cavité dans les galets et le mimétisme de l’oiseau fait qu’on a bien du mal à le repérer s’il ne bouge pas. Les oeufs se fondent également très bien dans le décor.

Il n’avait pas l’air trop gêné par ma présence, mais j’ai préféré quitter l’affût et ne pas y retourner, je ne sais donc pas si la couvée a réussie, simplement quelques jours plus tard, je l’ai observé de loin qui couvait toujours.

Scroll to top