Les lapins du hâble d’Ault

La partie sud du hâble d’Ault est constituée de vastes prairies graveleuses, et l’herbe rase et la multitude de petites crottes rondes traduisent rapidement la présence et l’abondance de la population de lapins de garenne. Les terriers représentent des zones d’une dizaine de mètres de diamètre dans lesquelles la terre est retournée et où les ouvertures sont multiples. Chaque terrier abrite de 20 à 30 lapins au moins et ils sont espacés de quelques centaines de mètres. Lorsque que l’on approche d’un de ces terriers, on observe rapidement une kyrielle de lapins venant de toutes les directions et convergeant vers ce terrier afin de s’y réfugier. Une fois à proximité immédiate d’une ouverture, la plupart de ces animaux stoppent leur course et observent si la menace se précise ou pas, et se rapprocher encore fait disparaitre tout ce petit monde.

Pour autant, l’attente n’est généralement pas bien longue, et au bout d’une quinzaine de minutes on  aperçoit les premières oreilles pointer des orifices du terrier. Ce sont toujours les lapereaux qui sortent les premiers, l’insouciance de la jeunesse peut-être ! Après une période d’observation de l’intrus, ils reprennent rapidement leurs activités préférées : sieste au soleil, courses-poursuites, toilette et grignotage… Les adultes sont plus farouches et ceux qui se risquent à l’extérieur approchent rarement l’affût.

Vous l’aurez compris, le hâble d’Ault est un site d’une grande richesse et il est possible de continuer la promenade vers l’intérieur des terres entre les pâtures humides qui abritent d’autres espèces. La flore, la faune, les insectes et les batraciens sont autant de sujets d’observations ou de photos pour qui aime la nature et sa diversité. Pour autant, ce milieu doit être protégé et il est utile de rappeler la nécessité de ne pas quitter les sentiers afin d’éviter le piétinement des plantes, de même qu’il est impératif de tenir les chiens en laisse, compte-tenu des nombreux oiseaux qui nichent à même le sol.