Marathon d’Attelages sur la plage de Berck-sur-mer

Un magnifique spectacle équestre sur la plage de Berck-sur-mer ce jeudi de l’ascension ! Ce ne sont pas moins de 26 équipages qui participaient au Marathon d’attelages organisé par l’association et centre équestre « Berck Attelages ». Si j’ai bien compris le règlement, c’est un circuit de 8 km sur la plage que les chevaux doivent réaliser en tractant leurs meneurs. Le parcours comprend 6 obstacles formés de monticules de sable et de flaques d’eau, séparés de lignes droites. Les attelages font une boucle sur la plage et passent chacun plusieurs fois les obstacles.

L’épreuve dure environ 30 à 45 minutes, et les attelages comprennent un, deux, ou quatre chevaux. Si l’un des équipages utilise des poneys, les autres sont constitués de chevaux Boulonnais, de Hensons, de Frisons magnifiques et d’autres chevaux de trait. Les règles sont complexes pour garantir le bien-être animal, avec un temps maxi mais aussi un temps minimum pour réaliser l’épreuve, et un contrôle du rythme cardiaque des chevaux à l’arrivée. Pour les photographes, c’est un véritable plaisir que d’essayer de capturer la force des animaux en plein effort, l’ambiance d’éclaboussures et de projections de sables, les crinières qui volent… et l’adresse et la virtuosité des hommes qui mènent les attelages et de ceux qui se placent pour que leur poids évite à la voiture de se renverser !

Retrouvez toutes les images ici : https://www.photobaiedesomme.com/index.php?/category/2186

Les rencontres internationales de Cerfs-Volants à Berck-sur-mer

Quel plaisir, cette année, de retrouver enfin le festival des cerfs-volants à Berck-sur-mer ! Nous avons pu profiter une fois de plus à la poésie des formes et des couleurs, et retrouver notre âme d’enfant face aux nounours volants et autres Spiderman. Ce fut l’occasion aussi d’apprécier la dextérité des pilotes de cerfs-volants, que ce soit dans les ballets aériens ou dans le vol libre qui forme ces cœurs et ces étoiles dans le ciel. Ou encore de s’installer pour pique-niquer sur la plage sous les fanions et les bannières qui claquent au vent, en regardant la mer et les enfants qui courent après en essayant de faire s’élever leur engin. La météo a été des plus clémentes avec ce beau ciel bleu et un vent idéals pour les cerfs-volants, nous avons vraiment eu de la chance pour cette belle reprise !

Grand prix de char à voile à Berck-sur-mer

Il faisait un temps magnifique avec juste ce qu’il faut de vent ce week-end pour le Grand Prix de char-à-voile de Berck-sur-mer organisé par l’Eole Club. Plusieurs types de char à voile étaient présents avec des Classe 2, 3, Formule A, et Standart, qui correspondent à des longueurs hors tout, des dimensions d’essieu et des surfaces de voiles variables. Le Classe 2 est le plus grand modèle, et le classe 3 le plus répandu, si j’ai bien compris. Le site de la Fédération Française de Char à voile présente en détail ces différents modèles de char.

La compétition se déroulait sur 2 jours, avec des manches de 25 minutes, en alternant 2 groupes de chars, les classes 2 puis les classes 3 et apparentés. Deux circuits sont proposés, un « court » et un « long » lorsque la marée est au plus bas et permet d’aller plus loin sur la plage découverte. Un calcul savant permet à chaque pilote de se voir attribuer une place sur la ligne de départ. Cette place varie au grés des manches de façon à ce que personne ne soit désavantagé au terme des 5 manches réglementaires.

Lorsque le drapeau rouge s’abat, les pilotes, casqués comme des motards, poussent leur char pour lui faire prendre de la vitesse, et sautent dedans quand la machine est lancée. Le groupe s’étire rapidement et les chars à voile se suivent à la file indienne, avec toutefois quelques dépassements par moment. Les virages sont âprement négociés et les passages dans les bâches et les flaques peuvent être spectaculaires avec les gerbes d’éclaboussures ! C’est graphique et coloré et même si les contraintes de sécurité ne permettent pas de se placer forcement où on voudrait, il y a moyen de faire de belles images ! En voici un aperçu ci-dessous, l’ensemble des photos sont dans ma photothèque.

Visite aux phoques à Berck-sur-mer

France, Pas-de-Calais, Berck-sur-mer, Phoque veau-marin // France, Pas-de-Calais, Berck-sur-mer, common seal

C’est mon petit pèlerinage annuel de Septembre-Octobre… Je vais rendre visite aux phoques à Berck-sur mer au petit matin lorsque la marée est basse. Les veaux-marins sont bien présents à cette époque et il y a un peu d’animation chez les phoques gris qui jouent entre eux, notamment pour préparer la saison des amours. C’est toujours le même plaisir de les voir ainsi se dorer la pilule aux premiers rayons de soleil et se tortiller paresseusement. quand au phoques gris qui se bousculent, se grimpent dessus, ses provoquent dans les éclaboussures et les cris rauques, c’est fascinant !

C’est une expérience que j’ai eu le plaisir de voir publiée dans le magazine Nat’Images n°70 cet automne, avec la couverture en prime, et un article que vous pouvez retrouver ici.

Nat’Images n° 70

Arméries maritimes en fleurs sur la côte d’Opale

Voici une série de photographies réalisées sur le site des deux caps, sur la côte d’Opale. Plus précisément, en suivant le chemin de grandes randonnées GR 120 vers le sud, entre le Cap Gris-Nez et le Cran-aux-Œufs, ce hameau niché dans la falaise. Le Cap Gris-Nez est un site classé, et du haut de ses falaises qui culminent à 50 m, on a un superbe panorama du Cap blanc-Nez à Boulogne-sur-Mer. C’est ici que le détroit est le plus étroit avec 28 km de large, et les côtes anglaises sont bien visibles par beau temps.

Le chemin part au pied du phare, où siège le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS). C’est lui qui gère le trafic maritime dans le détroit du Pas-de-Calais.  Avec 500 bateaux par jour (200 000/an), c’est le détroit le plus fréquenté au monde. Le rail montant, près des côtes françaises, est pour les bateaux allant vers le nord. Le rail descendant est emprunté pour aller vers le sud le long des côtes anglaises. Avec les courants et les brouillards fréquents, les risques de collisions entre les énormes portes-containers sont réels, alors que nombre d’entre eux transportent des matières dangereuses. D’autant que chalutiers et ferry traversent la manche en permanence dans l’autre sens également. La mission du CROSS est donc primordiale pour protéger les vies, et l’environnement du site.

Le Cap Gris-Nez est en effet un haut lieu de migration pour les oiseaux, bien connu des ornithologues qui viennent y recenser les différentes espèces migratoires. En bas des falaises composées de gros blocs de grès et de marnes, vous pourrez aussi apercevoir les phoques ! Les habitats naturels rares autour du site abritent par ailleurs une riche biodiversité faunistique et floristique.

Après avoir salué les moutons boulonnais qui broutent tranquillement, il faut donc descendre l’escalier au pied du phare. Le GR 120 est bien aménagé, il reste cependant quelques passages un peu plus scabreux pour les personnes ayant du mal à marcher.

Le bord des falaises est constitué de pelouses aérohalines. C’est ce terme qui désigne les milieux constitués de formations végétales rases dominées par les graminées, surtout présentes sur les côtes exposées aux vents dominants. Les espèces qui s’y développent présentent des adaptations leur permettant de résister aux aspersions d’embruns salés.

On y retrouve notamment l’Armérie maritime (Armeria maritima), communément appelée le Gazon d’Espagne… C’est au printemps que ces petites fleurs roses viennent embellir tout le site de leurs touches de couleur. Chaque creux, chaque tournant du chemin, offrent une nouvelle perspective sur la côte fleurie avec parfois de véritables tapis de fleurs… La météo n’a pas été particulièrement clémente cette année pendant la période de floraison. J’ai quand même réussi à profiter de quelques éclaircies, voici donc les images que j’ai pu réaliser. Les autres photos sont dans la galerie.

Jeux de phoques gris

C’est un petit pèlerinage en septembre que d’aller observer les jeux des phoques gris, çà se poursuit, se grimpe dessus, çà éclabousse, se mesure du poitrail, avec des mimiques des plus expressives. Toutes ces images sont réalisées à Berck avec un téléobjectif, sans dérangement des animaux en respectant les distances.