Un soir d’Octobre à Ault

Voici une série de photographies réalisées un soir d’Octobre à Ault, alors que le coucher de soleil embrasait peu à peu le ciel… Avec l’exceptionnelle chaleur de cet été indien, les enfants étaient plusieurs à se baigner sous la surveillance des parents en cette agréable soirée. Un autre accompagnait son père pour attraper les vers de sable pour une future partie de pêche. Un peu plus loin, ce sont des pêcheurs qui rentrent leur bateau avec le tracteur. Et lorsque le soleil est passé sous la couche des nuages, ce fut vraiment un beau spectacle de voir ainsi les couleurs roses s’installer peu à peu dans au dessus de nos têtes.

Avec les courageux du longe-côte !

Le longe-côte, encore appelé « Marche aquatique », c’est ce sport qui consiste à marcher dans les vagues le long de la plage, avec de l’eau jusqu’au torse (entre le nombril et les aisselles). A l’origine, il s’agissait d’une méthode de musculation pour les rameurs pratiquant l’aviron, qui est apparue en 2005 sur les côtes du nord de la France, du côté de Dunkerque. Aujourd’hui la plupart des littoraux français ont leur club de longe-côte et la pratique essaime à l’étranger également. C’est un sport de plain air très vivifiant ! Le longe-côte allie le renforcement musculaire et cardiologique, sans abimer les articulations. C’est aussi un moment de pleine nature et de convivialité avec les autres participants.

Le longe-côte est ouvert à tous, il n’est pas besoin d’être un athlète confirmé pour le pratiquer. Les séances se font à plusieurs, plutôt à marée basse pendant l’étale, sous la surveillance d’un moniteur diplômé, à mains nues ou avec une pagaie pour se propulser. La plupart du temps équipés de combinaison isotherme, les adeptes doivent progresser avec ou contre le courant, et absorber les vagues qui les soulèvent ou les recouvrent lorsque la mer secoue un peu. En hiver il faut également lutter contre le vent et le froid. Par grande beau temps, les chaussures restent conseillées, car les vives et les oursins défendent leur territoire de façon virulente !

Rattachée à la Fédération Française de Randonnée[i], cette activité est encadrée et sécurisée par un accompagnement et des règles de sécurité bien établies[ii]. Des compétitions sont organisées régulièrement, le principe étant de parcourir une distance donnée le plus vite possible. Diverses catégories existent, en solo ou par équipe, avec ou sans pagaie pour se propulser…

A Ault, le club de longe-côte (Le longe c’Ault[iii]) est l’un des plus actifs. Les membres se retrouvent chaque semaine sur la plage entre Ault et Cayeux. La plage en pente douce est idéale pour la pratique. Le photos ci dessous ont été réalisées avec l’aimable autorisation des participants. Les conditions ce jour là étaient assez rude, avec un vent fort très froid, un courrant fort et des vagues bien présentes.


[i] https://www.ffrandonnee.fr/disciplines/les-disciplines/longe-cote-marche-aquatique

[ii] https://www.longe-cote.fr/5-regles-indispensables-longe-cote/

[iii] https://www.facebook.com/groups/502922729875687/

Les pêcheurs de crevettes grises à Ault

Ils arrivent seuls ou en petit groupe environ deux heures avant la marée basse, avec leur haveneau sur l’épaule, les cuissardes et le ciré. Le haveneau, c’est ce grand filet que les pêcheurs poussent devant eux en raclant le fond de mer pour capturer les précieuses crevettes. Encore appelées « sauterelles », elles sautent et se font prendre dans le filet lorsque celui-ci frotte le sable où elles sont enfouies. Arpenter ainsi la plage avec de l’eau jusqu’à la poitrine, et en poussant ce grand filet en forme de poche devant soi, est un effort physique important qui donne toute sa valeur à la dégustation de la pêche une fois rentré.

La crevette grise (Crangon vulgaris) est une espèce assez commune sur nos côtes. Elle est d’ailleurs également pêchée de façon plus industrielle par les « sauterelliers » du Hourdel. Elle mesure de 3 cm à 7 cm pour les plus grosses (les femelles, le mâle dépasse rarement 5 cm) , et la taille minimale pour les pêcher est de 3 cm soit environ 7 mm de diamètre. Elle craint principalement la surpêche et la pollution… C’est à l’automne qu’on pêche les plus grosses. La crevette grise est omnivore et charognarde. Elle se nourrit surtout de nuit, et c’est un grand nettoyeur de nos littoraux pour éliminer les vers, crustacés ou poissons morts ! La crevette grise vit en colonies importantes, toujours sur le sable fin. Elle s’ensable peu profondément, c’est pourquoi le haveneau permet de les attraper. Ce filet mesure généralement 1.5 m à 2m de large, parfois plus. Une pièce en bout du manche, appelée « pousseur », permet de prendre appui sur le ventre ou la poitrine pour avancer avec le haveneau. Le pêcheur remonte régulièrement sa pêche et trie ses prises avec un tamis (trieur). Les petites crevettes trop petites sont relâchés, mais aussi les poissons et les crabes qui se font prendre. Les gants et un pince sont impératifs car il n’est pas rare de remonter une vive au dard très douloureux ! Le résultat de la pêche est placé dans une hotte portée en bandoulière. Le soir à contre-jour, les remontées de filet sont particulièrement esthétiques pour les photographes. Le décor des falaises de Ault et les reflets du ciel coloré sur le sable mouillé participent également à cette belle ambiance.

Une fois rentrés à la maison avec 500g à 2 kg de crevettes (résultat habituel pour 1h à 2h de pêche), les crevettes sont cuites (ébouillantées ou à la poêle) et dégustées bien souvent en apéritif, en toute convivialité. En général on mange tout, avec un bon petit vin blanc.

Vol près des falaises à Ault

France, Somme (80), Ault, Coucher de soleil sur les falaises Picardes et le plateau crayeux qui s’étend à leurs pieds que découvre la marée (vue aérienne) // France, Somme (80), Ault, Sunset on the Picardy cliffs and the chalky plateau which extends at their feet and is uncovered by the tide (aerial view)

Cette série de photos s’éloigne un petit peu de la Baie de Somme. Nous sommes ici près des falaises picardes qui prennent naissance ici à Ault et s’étendent jusqu’à la Normandie. Lorsqu’on approche de l’hiver, le soleil se couche presque dans l’alignement des falaises et offre la possibilité de réaliser de belles images. C’est également au couchant que les falaises sont idéalement éclairées et prennent une belle couleur dorée.

Au pied des falaises, les grosses pierres sont là pour nous rappeler qu’il vaut mieux ne pas trop trainer là… Le drone a quelques avantages de ce côté là aussi ! Plus loin, c’est le plateau crayeux, paysage lunaire raviné par l’érosion, dont émergent les silex qui deviendront des galets. On les retrouvera alors sur le poulier au Hourdel, amenés par les courants marins, dans quelques années…

Cerfs-volants et crépuscule à Ault

Une jolie rencontre avec une équipe de cervolistes venus s’entraîner sur la plage de Ault en cette fin de journée… Le graphisme des cerfs-volants évoluant en parfaite harmonie, le contre-jour face aux falaises, c’était une belle ambiance ! J’ai fini la promenade au crépuscule au pied des falaises avec un beau coucher de soleil…

Retour en haut